Actualité

Vers un pays métissé serré

Je suis un habitant du Québec depuis toujours, un brin métissé comme nous tous sur cette planète. J’ai marié une montréalaise allophone d’origine italienne qui communique en français mieux que bien des gens. J’ai deux petites filles qui possèdent en elles un patrimoine génétique de plusieurs pays d’ici et d’ailleurs (au moins trois continents). Elles parlent déjà deux langues (français et italien). Même une troisième avec le langage du numérique. Au final, elles sont québécoises comme tous ceux qui habitent le territoire et qui aspirent de participer au collectif.

Un pays « métissé serré » est la vision du Québec dans lequel je veux vivre et partager avec mes enfants. Cette expression venant d’un discours de Pauline Marois me réconcilie grandement avec le potentiel du Parti québécois de renouveler le projet de souveraineté du Québec.

Chers Québécois, que vous soyez nés à La Sarre ou à Dakar, vous faites partie de mon nous. Vous êtes chez vous ici. On va vous donner les moyens de faire votre place. Et puis, un jour, nous ferons tous partie du peuple fondateur du Québec souverain. Ensemble, on va se faire un pays métissé serré !  _Pauline Marois

Je veux un gouvernement de centre gauche, celui du Parti québécois, comme représentant des citoyens pour les prochaines années.

Je veux un gouvernement de centre gauche … qui saura rallier les forces progressistes du Québec, de réellement se laisser influencer et de reconnaître les idées novatrices des autres partis comme celles de Québec solidaire, d’Option nationale, et du Parti vert. Je souhaite que le mode de scrutin deviennent proportionnel afin que chaque vote compte. C’est aux convaincus de la souveraineté d’expliquer les avantages sociaux, culturels et économiques d’un tel cheminement.

Je veux un gouvernement de centre gauche… qui osera nous plonger dans l’économie du 21e siècle, celle des énergies renouvelables, du développement du savoir et des usages numérique, de la co-création des solutions de transformation sociale, de la biodiversité entrepreneuriale. Un état orienté vers l’innovation ouverte, les logiciels libres, la qualité de vie au lieu du niveau de vie. Tellement d’initiatives émergent, se concrétisent partout dans le monde. Embarquons dans la parade.

Je veux un gouvernement de centre gauche… qui sera au commande du navire lors que le Québec sera confronté tôt ou tard à des choix difficiles face à un autre épisode de récession mondiale. Lors de la prochaine tempête, parce qu’il y en aura une, je veux que les décideurs se soucient réellement de la population et de l’ensemble de la collectivité. Depuis 2008, la droite de plusieurs pays d’Europe et aux États-Unis ont choisi l’austérité comme solutions, ce fut un échec. Un nouveau système économique mondial est en train d’apparaître et nous devons suivre la vague. Le gouvernement du Québec ne doit pas être vu comme une entreprise, mais comme une organisation de développement économique, sociale et culturelle orientée vers le bien commun.

Cette élection est importante. Il ne faut pas tomber dans les dédales de la privatisation de nos services publics au nom d’une époque qui prend fin. Pensons différemment en impliquant tous et chacun dans l’innovation de notre société nouvelle.

Le 4 septembre 2012, je vote pour le Parti Québécois afin que collectivement nous puissions aller vers notre autonomie complète, la souveraineté, et être au jour 1 d’une nouvelle nation inclusive.

 

(Source de l’image : http://www.flickr.com/photos/husseinabdallah/2076445779/)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *