L’éducation du 21e siècle : Michel Serres, Sir Ken Robinson et Edgar Morin

Publié le 10 mars 2011

C'est à travers la découverte du discours de Michel Serres sur les nouveaux défis de l'éducation intitulé Petite Poucette présenté et repris de belle façon par Martin Lessard que j'ai été m'instruire de sa pensée. Je trouve que la perspective lancée par Michel Serres représente bien l'homme de l'histoire des sciences, un visionnaire lucide de nos époques. Quelques extraits d'intérêts :

"Il ou elle n’a plus le même corps, la même espérance de vie, n’habite plus le même espace, ne communique plus de la même façon, ne perçoit plus le même monde extérieur, ne vit plus Séance solennelle « Les nouveaux défis de l’éducation » Mardi 1er mars 2011 dans la même nature ; né sous péridurale et de naissance programmée, ne redoute plus la même mort, sous soins palliatifs. N’ayant plus la même tête que celle de ses parents, il ou elle connaît autrement."

"Objectivé, certes, mais, de plus, distribué. Non concentré. Nous vivions dans un espace métrique, dis-je, référé à des centres, à des concentrations. Une école, une classe, un campus, un amphi, voilà des concentrations de personnes, étudiants et professeurs, de livres, en bibliothèques, très grande dit-on parfois, d’instruments dans les laboratoires… ce savoir, ces références, ces livres, ces dictionnaires… les voilà distribués partout et, en particulier, chez vous ; mieux, en tous les lieux où vous vous déplacez ; de là étant, vous pouvez toucher vos collègues, vos élèves, où qu’ils passent ; ils vous répondent aisément."

"Face à ces mutations, sans doute convient-il d’inventer d’inimaginables nouveautés, hors les cadres désuets qui formatent encore nos conduites et nos projets. Nos institutions luisent d’un éclat qui ressemble, aujourd’hui, à celui des constellations dont l’astrophysique nous apprit jadis qu’elles étaient mortes déjà depuis longtemps."

Il est un temps près de nous où les mutations seront révélés et vont chambouler dramatiquement radicalement nos sociétés.

 

Sir Ken Robinson

Dans une continuité des penseurs qui veulent nous faire initier un changement de vision, il y a aussi Sir Ken Robinson avec son discours sur le changement nécessaire du paradigme dans lequel nous éduquons nos enfants et les adultes à notre époque. Pour lui, nos institutions détruisent la créativité des citoyens.

Cette vidéo-présentation fait une démonstration éloquente de ce besoin essentiel et urgent de changer notre perspective et notre point de fuite comme société au niveau de l'éducation.

 

Edgar Morin

Finalement, je vous met en face de la vision éclairante, fascinante et déstabilisante de Edgar Morin publié dans le texte "Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur" de 1999 pour l'Unesco.

     

C'est un texte extrêmement porteur de sens pour l'avenir, notre avenir à tous. Ce long texte se lit et s'ingère disons difficilement. Non pas que le vocabulaire soit difficile, c'est plutôt la profondeur de la pensée qui en ressort qui nous force à lire et relire des paragraphes. Les titres des chapitres montrent bien l'ampleur de la pensée :

Il y a sept savoirs « fondamentaux » que l’éducation du futur devrait traiter dans toute société comme dans toute culture, sans exclusive ni rejet, selon modes et règles propres à chaque société et chaque culture.

Chapitre I – Les cécités de la connaissance : l’erreur et l’illusion
Chapitre II – Les principes d’une connaissance pertinente
Chapitre III – Enseigner la condition humaine
Chapitre IV – Enseigner l’identité terrienne
Chapitre V – Affronter les incertitudes
Chapitre VI – Enseigner la compréhension
Chapitre VII -L’éthique du genre humain

Il termine sa pensée avec ce texte qui pousse à agir immédiatement :

Alors que l’espèce humaine continue son aventure sous la menace de l’autodestruction, l’impératif est devenu : sauver I’Humanité en la réalisant.

Certes, la domination, l’oppression, la barbarie humaines demeurent et s’aggravent sur la planète. Il s’agit d’un problème anthropo-historique fondamental, auquel il n’y a pas de solution a priori, mais sur lequel il y a des améliorations possibles et que seul pourrait traiter le processus multidimensionnel qui tendrait à civiliser chacun de nous, nos sociétés, la Terre.

Seules et conjointement une politique de l’homme, une politique de civilisation, une réforme de pensée, I’anthropo-éthique, le véritable humanisme, la conscience de Terre-Patrie réduiraient l’ignominie dans le monde.

Encore pour longtemps l’épanouissement et la libre expression des individus constituent notre dessein éthique et politique pour la planète ; cela suppose à la fois le développement de la relation individu <-> société dans le sens démocratique et le développement de la relation individu <-> espèce dans le sens de la réalisation de I’Humanité ; c’est-à-dire que les individus demeurent intégrés dans le développement mutuel des termes de la triade individu <-> société <-> espèce. Nous n’avons pas les clefs qui ouvriraient les portes d’un avenir meilleur. Nous ne connaissons pas de chemin tracé. « El camino se hace al andar »la (Antonio Machado). Mais nous pouvons dégager nos finalités : la poursuite de I’hominisation en humanisation, via l’accession à la citoyenneté terrestre. Pour une communauté planétaire organisée : telle n’est-elle pas la mission d’une véritable Organisation des Nations Unies ?

Aussi, Edgar Morin nous offre, en 2011 un nouvel essai intitulé La voie. C'est une vision inspirante et grandiose des métamorphoses à venir dans notre humanité. Et c'est définitivement par l'éducation des citoyens-terriens que la nouvelle renaissance arrivera. Voici le quatrième de couverture du livre.

"Le vaisseau spatial Terre, continue à toute vitesse sa course dans un processus à trois visages : mondialisation, occidentalisation, développement.Tout est désormais interdépendant, mais tout est en même temps séparé. L’unification techno-économique du globe s’accompagne de conflits ethniques, religieux, politiques, de convulsions économiques, de la dégradation de la biosphère, de la crise des civilisations traditionnelles mais aussi de la modernité. Une multiplicité de crises sont ainsi enchevêtrées dans la grande crise de l'humanité, qui n'arrive pas à devenir l'humanité.Où nous conduit La Voie suivie ?Vers un progrès ininterrompu ? Nous ne pouvons plus le croire. La mort de la pieuvre totalitaire a réveillé la pieuvre des fanatismes religieux et stimulé celle du capitalisme financier. Elles enserrent de plus en plus le monde de leurs tentacules. La diminution de la pauvreté se fait non seulement dans un accroissement de bien-être matériel, mais également dans un énorme accroissement de misère.Allons-nous vers des catastrophes en chaîne ? C’est ce qui paraît probable si nous ne parvenons pas à changer de voie.Edgar Morin pose ici les jalons d’une « Voie » salutaire qui pourrait se dessiner par la conjonction de myriades de voies réformatrices et nous conduire à une métamorphose plus étonnante encore que celle qui a engendré les sociétés historiques à partir des sociétés archaïques de chasseurs-cueilleurs."

Et une courte vidéo de présentation :


La Voie d' Edgar Morin par Mediapart

Et voici une version en ligne de mars 2010 de son texte : La voie : Les 7 réformes pour le XXIè siècle.


42 commentaires sur "L'éducation du 21e siècle : Michel Serres, Sir Ken Robinson et Edgar Morin"


Laissez un commentaire